Documents>Vivre à bas carbone

L’action des ONG chinoises pour la protection de l’environnement

(la chine au présent)
Publié: 2010-11-16 09:43
Grande Moyenne Petite

L’action des ONG chinoises pour la protection de l’environnement

Les membres de FON ont randonné dans la région d’Argun (Mongolie intérieure) pour faire des recherches géographiques et apporter à la population locale divers objets comme des livres.

 

Histoire de la participation de la société civile dans la lutte contre la pollution

par JIAO FENG (La Chine au présent)

 Par rapport à leurs homologues occidentaux, les ONG (organisation non gouvernementale) chinoises apparaissent un peu en retard. Mais à mesure de la prise de conscience du public sur la protection de l’environnement, les ONG chinoises se développent à une vitesse rapide dans ce domaine.

En 1978, la première ONG de protection de l’environnement de Chine, la Chinese Society for Environmental Sciences, a été créée pour promouvoir des échanges non officiels sur les recherches en sciences de l’environnement. Dix ans plus tard, deux autres organisations, Saunders’s Gull Conservation Society of Panjin City et Friends of Nature, ont été établies et ont commencé à promouvoir le respect de la nature en Chine. Au début, elles ne s’occupaient que d’observation ornithologique, de reforestation et de recyclage des déchets, afin de sensibiliser le public à la protection de la nature. Ces dernières années, le nombre des membres des ONG augmente sans cesse. Leur travail touche plus de domaines. Leur sens de la participation sociale et leur rôle de surveillance se renforcent chaque jour davantage. Devenues incontournables au développement de la cause écologique en Chine, ces quelque 3 500 ONG font participer plus de 300 000 personnes selon des enquêtes, et commencent à influencer les politiques gouvernementales par leur action.

Les amis de la nature

Le 5 juin 1993, Journée mondiale de l’environnement, une réunion a eu lieu dans la banlieue de Beijing. Elle rassemblait des savants, des enseignants, des artistes, des étudiants et des retraités, bref des gens animés du sens de la responsabilité sociale, afin de discuter de la situation actuelle de l’environnement en Chine et de la responsabilité de chacun dans ce domaine. Malgré son caractère informel, cette conférence a eu une grande influence. L’année suivante, le gouvernement a autorisé la création du département d’écologie de l’Académie de la culture de Chine, autrement appelé Friends of nature (FON), dont le but est de protéger la nature. Cela marqua le véritable début de l’écologisme en Chine.

Ensuite, d’autres ont suivi le mouvement, comme Global Village of Beijng (GVB) et Green Earth Volunteers, car à cette époque, les organisations gouvernementales, comme la Fondation de Chine pour l’allègement de la pauvreté, n’avaient pas de département spécifique pour la protection de l’environnement. C’est la raison pour laquelle, les ONG ont joué un rôle important. Zhang Hehe, responsable du département de coopération de FON se souvient : « En 1995, la première fois que notre organisation à faire entendre sa voix, c’était pour faire protéger l’antilope du Tibet. »

L’antilope du Tibet (Pantholops hodgsonii) vit dans les régions du Tibet et du Qinghai. Elle est classée comme espèce menacée d’extinction et fut la première à bénéficier d’une politique de protection nationale. Le cuir fabriqué à partir de sa peau étant très recherché, cet animal fait l’objet depuis les années 1980 d’une intense chasse et d’un commerce illégal. Depuis 1995, le FON emmène ses membres visiter la région de Hoh Xil et participer à la station locale de protection de l’antilope du Tibet. Les photos prises par Xi Zhinong et Wang Puping, deux membres, ayant suscité beaucoup d’étonnement et de colère, le responsable de FON, Liang Congjie, a donc écrit à Tony Blair, alors premier ministre britannique, pour demander l’interdiction du commerce du cuir de l’antilope du Tibet en Europe, principal acheteur mondial. M. Blair l’a assuré de tout son soutien. Après avoir créé un groupe de protecteurs de l’antilope appelé « Yak sauvage », ils se sont tous courageusement engagés contre les chasseurs.

La conscience de la société

La catastrophique inondation du Yangtsé en 1998 a alerté le gouvernement et toute la société chinoise. De plus en plus de gens ont pris conscience de l’importance des questions environnementales et les ONG ont attiré plus d’attention.

La prise de conscience du public sur la protection de l’environnement exige plus d’initiatives de la part des ONG. Les inégalités issues de la société de transition sont apparues dans le domaine de l’environnement et s’accentuent. Cela les oblige à intégrer une conception du développement équitable dans leurs programmes d’activité. Elles jouent consciencieusement le rôle de porte-parole et de défenseur des intérêts publics. Elles diffusent parmi le peuple l’idée de la protection de l’environnement à travers toutes sortes d’activités : publication de livres, distribution publique de prospectus, organisation de cours et de formations, communications à la presse.

En 1999, l’Union verte de Chong-qing a organisé un voyage à pied le long de la rivière Jialing; les participants ont voyagé pendant 45 jours sur plus de 1 170 km pour promouvoir la protection de l’environnement. Avec l’aide du gouvernement de Beijing, la même année, le GVB a créé plusieurs quartiers écologiques expérimentaux. Dès lors, les ONG sont entrées dans la vie quotidienne urbaine. L’Association écologique des étudiants de l’université Tsinghua et plus de 30 universités chinoises ont appelé les étudiants à exprimer leurs vœux par courriel au lieu de s’échanger des cartes pour économiser du papier et sauvegarder plus d’arbres. Les associations d’étudiants sont ainsi devenues des ONG d’importance. Depuis 2000, le FON utilise un véhicule appelé la « voiture antilope » comme classe ambulante dont le but est de diffuser partout des connaissances écologiques. Ces dernières années, elle a visité 400 écoles et contribué à former l’écoconscience de 500 000 personnes.

En septembre 2004, pendant les travaux d’étanchéité du lac du parc Yuanmingyuan (ancien Palais d’été) connu pour ses vestiges historiques, certains écologistes ont estimé que l’emploi d’une membrane pour couvrir le fond du lac était nuisible à l’écosystème du lac. Cela a suscité une vaste préoccupation du public. Le gouvernement a tenu une réunion de concertation publique, au cours de laquelle les responsables de certaines ONG ont pris la parole, s’opposant fermement aux travaux de ce genre. Ils ont ensuite fondé la Société d’étude de la protection des ruines et de l’écologie de Yuanmingyuan, proposant de rectifier les travaux. Finalement, les travaux ont été arrêtés et on a pris d’autres mesures plus scientifiques pour empêcher les infiltrations des eaux du lac. Début 2006, l’Administration nationale de la protection de l’environnement a publié la Méthode de la promotion de la participation du public à l’expertise de l’environnement.

Superviser l’environnement

Après 2005, les forces écologiques ont déferlé sur la Chine comme une tempête. L’expertise environnementale est devenue le moyen d’interactions entre le gouvernement et les ONG. L’Administration nationale de la protection de l’environnement est devenue le ministère de la Protection de l’Environnement. Les ONG ont déjà obtenu le droit de se faire entendre en tant que force non négligeable. Citons un exemple : depuis sa fondation, l’Union verte de Chongqing est intervenue en influençant la décision du gouvernement sur quinze projets dont neuf cherchaient à rectifier les erreurs du gouvernement local et des entreprises.

En 2009, Zhao Zhong, responsable de l’ONG Green Camel Bel du Gansu, appelle les volontaires à chercher l’usine qui avait déversé ses déchets polluants dans le fleuve Jaune. Il s’est avéré que cette usine appartenait à la multinationale Carlsberg. Après un an d’efforts concertés avec la direction, cette entreprise a installé un système de traitement des eaux usées et reçu l’inspection de Green Camel Bel. L’année dernière, le magazine Time lui a décerné le prix « Héros de la protection de l’environnement ».

En 2010, les ONG, comme FON et l’Institute of Public & Environnemental Affairs, ont effectué une enquête sur la pollution par métaux lourds dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC). Plus de vingt entreprises concernées ont été contactées, dont Haier, Lenovo, Intel, Singtel, Panasonic et Sanyo qui ont rapidement fait le nécessaire pour s’améliorer.

De l’appui pour les politiques du gouvernement

Le développement de la société dépend de la communication entre le gouvernement et le peuple. Cela nécessite aussi la participation réelle de ce dernier à la prise de décision politique. Avec l’avancée du processus de démocratisation de la Chine, le rôle des ONG, tierce force qui s’ajoute à celles du gouvernement et des entreprises, devient de plus en plus important.

Durant l’été 2004, six ONG ont lancé une opération proposant aux gens de régler leur climatiseur à une température supérieure ou égale à 26 °C. Au début, une dizaine d’entreprises et deux ambassades ont promis d’y participer, puis pas moins de 51 ONG chinoises y ont fait écho en 2005. L’année d’après, le Conseil des affaires d’État a demandé à tous les bâtiments publics de suivre cette règle afin d’économiser l’énergie. Mme Zhang a expliqué : « C’est ce qui fait notre valeur. Nous faisons d’abord un essai en assumant les coûts et les risques. Si le résultat s’avère positif, le gouvernement peut le concrétiser par une mesure. » Elle estime que la société civile joue un rôle important pour promouvoir le développement social. « Dans certains domaines, notre rôle est complémentaire de celui du gouvernement dont le contrôle est insuffisant. »

Vidéos

Guqin

Beijing compte désormais près de 300 centres de formations spécialisés dans l'apprentissage du guqin, attirant aussi bien les adultes que les enfants. Le nombre de pratiquants n'a de cesse de s'accroître.

plus
Sélection du China Daily

Les micro-blogs sont en passe de devenir incontournables

A mesure que leur popularité s'accroit chez les internautes chinois, les micro-blogs sont en passe de devenir le prochain champ de bataille des protagonistes du marché chinois de la publicité en ligne.

plus
Editorial du China Daily

Les mesures administratives " réfrènent la flambée des prix alimentaires "

La tendance à la hausse des prix alimentaires, comptant pour plus d'un tiers de l'inflation des prix à la consommation, s'est adoucie fin novembre, alors que les pouvoirs publics ont pris des mesure en vue de contenir l'inflation.

plus